rockheilig


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 One shot - by Tia - ( OS Numéro 1 ==> Insanity Destruction -Finit-)

Aller en bas 
AuteurMessage
Die Tänzerin

avatar

Féminin Nombre de messages : 102
Age : 27
# Date Fétiche : 11 Mars 2008
# Chanson Préférée : Rette Mich
# Envie de... : Eux * plus que jamais ...
Date d'inscription : 11/05/2008

MessageSujet: One shot - by Tia - ( OS Numéro 1 ==> Insanity Destruction -Finit-)   Mer 18 Juin - 17:39



Insanity Destruction


- Un mois. Un peu plus d'un mois maintenant que ma vie est devenue cauchemar à cause de ce que j'ai fait. Mais je ne regrette rien. Ni ça ni mes ex amies, que la jalousie à emporté loin de moi. La jalousie à vrais dire, est je crois le principal mobile pour pourrir la vie de quelqu'un, mais peu importe. Si c'était à refaire, je ne changerais rien. Cette soirée était parfaite. Et je l'ai revécue cette soirée, maintes et maintes fois d'ailleurs. Chaque nuit en songes, depuis... et la revivre est devenue une obsession. Je crois que le fait qu'elle soit inachevée me plonge un peu plus dans ma dépendance chaque soir où je m'imagine être avec lui. Bien sur, à force, j'idéalise sans doute, mais le principal est là. Je me sens redevenir cette petite fille attendant, avec toute l'impatience de la jeunesse, son prince charmant.
Au travail, ma vie n'est pas rose. La réputation qu'on m'a créée, celle de « pétasse de luxe » à complètement empiéter sur ma profession de photographe en herbe. Et je n'ai plus aucune proposition de photo shoot depuis qu'on sait que j'ai succombé à l'un de mes modèle. Alors il faut bien que je m'enferme dans mon monde pour ne pas me laisser détruire. Je me surprend à espérer l'impossible. J'appréhende l'inexorable désillusion en gardant mon téléphone près de moi, car c'est la seule chose qui me rattache à lui. A mon rêve, à ce qui me reste de beau. Soyons réalistes, je suis encore une gamine à la vie minable, alors j'ai encore le droit d'idéaliser une rock star, dont j'ai été fan et pour qui j'aurais fais n'importe quoi tellement j'aimais sa personnalité, non ? Mais tous cela en vain, je le sais. Je tente quelquefois de m'en convaincre. Mais rester dans mes rêves est quand même moins douloureux.
Et quand le jour fatidique arriva, je ne puis pas vraiment dire que j'y étais préparée, mais j'avais repassé la scène tellement de fois en boucle sous tous les angles possibles dans mon esprit, qu'il fut pour moi un simple événement banal. Comme l'aboutissement d'une pièce de théâtre qu'on a répété tout au long de l'année. Chaque simple mot été travaillé avec tellement d'application qu'ils venaient sans même qu'on les cherches. Quand le jour fatidique arriva :

- Moi : Allô ?
- Lui : Hum.... C'est Tom


Mon cœur loupa comme un battement. Si le monde devait s'arrêter pour moi ne serait ce qu'une seconde, ce serais celle là. Je tentais de récupérer mon calme, même si c'était impossible.

- Moi : Tom qui ?
- Lui : Kaülitz...
- Moi : Où ?


Il laissa passer un silence avant de comprendre le direct de ma question.

- Lui : Le même hôtel que la dernière fois.
- Moi : Quand ?
- Lui : Après le concert ?
- Moi : Comment je rentre ?
- Lui : Heu... comment tu t'appèles ?
- Moi : Maja.


La dernière fois s'étais passée sans réelles présentations . Je répondais donc du tac au tac, ayant prévu de ne pas lui donner mon vrai prénom.

- Lui : Je dirais aux gardes de te laisser passer par la porte de la ruelle de la dernière fois.
- Moi : A tout à l'heure alors ?
- Lui : A tout à l'heure.


Je venais de m'engouffrer dans une spirale infernal.
Je laissa le bip sonore retentir à l'autre bout du combiné à mon oreille. Je laissais aussi les pensées affluer à mon esprit. Ces tourbillons de fumées se bousculant maladroitement dans mon esprit. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres lorsque l'information remonta jusqu'à ma conscience. Impossibilité encore à réaliser de nouveau l'ampleur de ce qui m'arrivait. Mais j'allais jouer mon rôle, une fois de plus, et sans détours, car c'étais le seul lien possible avec lui. Et j'aimais à penser que personne ne me connaissait vraiment, et même pour lui, je ne faisais pas d'exception à la règle.

(...)

- Lui : Allô ?
- Moi : Salut, tu te souviens de moi ?
- Lui : Hum oui, oui, bien sûr. Désolé pour la dernière fois j'ai du partir un peu vite à cause du changement d'horaire de mon avion.
- Moi : Oui, c'est rien. Je me demandais quand es-ce que tu reviendrais dans le coin en fait
- Lui : Pas avant deux bon mois.
- Moi : Ah...
- Lui : Je te tiens au courant. Mais là je dois te laissée
- Moi : Ok. Bisous ?
- Lui : Salut.


Rien, je ne ressent rien. Je ne m'attache pas, il ne faut pas. Je suis passée au dessus ce ça...

(...)

- Moi : Oui ?
- Lui : C'est moi... tu vas bien ?
- Moi : Oui et toi ?
- Lui : Nickel. Tu fais quoi de beau à part penser à moi ?
- Moi : Je suis au studio, je développe des photos
- Lui : Ah, ça me rappel certaines choses !
- Moi : Je me doute...
- Lui : J'arrive demain.
- Moi : Et ?
- Lui : On pourras se voir ?
- Moi : Ouais si tu veux...
- Lui : Comme d'habitude ?
- Moi : D'accord. Hum mais là je vais te laisser sinon je vais faire un truc stupide, du genre boire du fixateur au lieu de mon café...
- Lui : Ok, à demain.


Il m'a manquer cet enfoiré...

(...)

- Moi : Allô ?
- Lui : Dis moi, je me pose une question...
- Moi : Oui
- Lui : Quand on était en train de le faire la dernière fois, t'as dit un truc... C'était quoi ?
- Moi : Ah... Rien.
- Lui : Bah si. C'était quoi déjà ? Take me away ?
- Moi : Peut-être bien ouais.
- Lui : Et donc ?
- Moi : C'était rien.
- Lui : Mais encore ?
- Moi : Je sais pas trop.
- Lui : t'emmener loin de quoi ?
- Moi : De ma vie. De tout.
- Lui : Pourquoi moi ?
- Moi : Parce que t'as assez d'argent pour m'assumer.
- Lui : Mouais... Ça ressemble à un fantasme refoulé.
- Moi : Sans doute. Le fantasme de m'échapper.
- Lui : Le fantasme de sortir avec moi !


Je m'imaginais presque son sourire préfabriqué de dragueur habitué à l'autre bout du combiné. Je souris intérieurement. S'il savait...

- Moi : Non. Si je voulais sortir avec toi j'aurais vu d'un oeil un peu plus mauvais le fais qu'on ne se voit qu'une fois par mois.
- Lui : Alors si je t'emmène tu t'en foutras que je couche avec qui je veux ?
- Moi : évidemment. T'es pas ma propriété.


Je me sens rougir de nouveau. J'étouffe dans l'œuf l'espoir volage qui a saisi mes entrailles l'espace d'une seconde.

- Lui : Mouai.
- Moi : Oublie ça, ok ?
- Lui : Bah non. Tu m'a donné l'idée, maintenant je développe.
- Moi : C'est ça. Et tu te rends compte que c'est la plus longue conversation qu'on est jamais eu ?
- Lui : Tu viens avec moi. Je vais t'aider à t'installer loin de chez toi, et un peu plus près de chez moi
- Moi : Et après ?
- Lui : Bah on avisera.


(...)


- Un an que j'ai ma vie loin de chez moi. Plus d'un an maintenant que j'ai mon boulot en tant que photographe là-bas. Plus d'un an maintenant que je suis indirectement à ses côtés, que je suis sa propriété pour quelques nuits volages. Plus d'un an maintenant que je suis tombée amoureuse de lui, et que je me détruit en voyant toutes les autres défilées sans pouvoir le supporter comme avant.
Comment peut il me faire ça. Il n'a pas le droit. Pas le droit de me faire si mal. De me contrôler comme un simple jouet. De me planter des couteaux dans le cœur, les uns après les autres avec un plaisir pervers. Même si j'étais pourtant prête à tous accepter de lui du moment qu'il se consacrait quelques instants à moi... Je le croyais.
J'avale à la hâte ce tube de médicaments à l'arsenic qui m'étais inutile depuis un moment. A présent, il est à nouveau utile.
Je me relève. Il faut que j'avance. Et que je mette fin à tout ça. Ce soir. Ce n'est pas une question. Pas une décision. Une certitude. J'avance à nouveau vers cette porte. Sans illusion. Comme dans un rêve, j'ouvre à nouveau la porte. J'entre dans la pièce éclairant à nouveau de la lumière du couloir la dure réalité.

- Lui : Maja?! Merde !

Il repousse brutalement la fille, assise sur lui qui continuai à s'activer. Elle manque de tomber par terre et après plusieurs injections à notre adresse, à nous deux, se rhabille. Elle est outrageusement maquillée et ses dessous crient la vulgarité. Elle claque la porte de la chambre avant que l'un de nous deux n'ai réagit.
Lui se redresse, se relève, enfile a nouveau son caleçon et vient vers moi qui n'ai pas bougé de place. Je le fixe avec violence. Manque de vaciller. Chacun de mes membres tremble tel une feuille.
Et je sens mes forces me quitter, ma vue se brouiller. Je ne sais pas si c'est l'effet des larmes où de la faiblesse, mais je vois trouble. Il semble comprendre. Bien trop vite d'ailleurs. Et je tombe. Dans ses bras. Les larmes roulent sur mon visage. Ma vie n'aura jamais eu vraiment de sens, de toute façon. J'aurais voulu qu'il m'aime et que je l'aime pour de vrai. Alors je m'écroule dans ses bras. Lui me soutenant, et me pose délicatement au sol. Je le vois m'observer mourir, au moins, il n'est pas indifférent, c'est déjà ça. Je lui murmure doucement que je l'aime. Et ce soir, c'est la fin.

- Lui : Maja... Je t'en prie. Reste !
- Moi : Je m'appelle pas Maja.
- Lui : Je sais, je m'en fou. Reste !


Je vois les larmes couler sur son visage. Le numéro du SAMU composé à la hâte sur un téléphone n'y changera rien. Ils sont tous les quatre autour de moi. Et c'est d'ailleurs ce que j'ai toujours voulu, petite princesse capricieuse, avoir le monde qui tourne autour de moi...

Je me pensais forte. Mais se battre contre ce qu'on ressent finit par amplifier nos sentiments, j'aurais fais n'importe quoi pour obtenir la moindre parcelle de toi, mais j'aurais tous fais pour t'avoir tout à moi...




_____________________________________________________________________________
Alors je ne sais pas si je peut mettre mes One-Shot dans cette rubrique qui est intitulée "Fan-Fictions" Bref vous me redirez, je ne sais pas non plus comment je vais m'y prendre, les mettres tous en entier dans un seul post et changer le titre au fur et à mesure que je poste un nouveau OS.
Bref si ce débût vous plait je vous met la suite !

(En fait je les postes ici en parallèle avec mon blog car je n'ai plus beaucoup de lecteurs depuis que j'ai arrêter ma fiction, de plus l'imspiration ne suis plus en ce moment...)


Dernière édition par Die Tänzerin le Mar 24 Juin - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.acces-One-Shot.skyblog.com
Poussie
Modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 537
Age : 35
# Date Fétiche : 14 juillet 2007
# Chanson Préférée : Totgeliebt
# Envie de... : Eux
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: One shot - by Tia - ( OS Numéro 1 ==> Insanity Destruction -Finit-)   Jeu 19 Juin - 1:25

huhu j'aime celle là ma puce^^

_________________

14.07.07 - 16.10.07 - 29.10.07 - 17.11.07 - 18.11.07 - 26.01.08 - 09.03.08 - 11.03.08 - 13.03.08 - 14.03.08 - 22.03.08 - 23.03.08 - 24.03.08 - 24.04.08 - 25.04.08 - 26.04.08 - 27.04.08 - 13.06.08 - 14.06.08 - 21.06.08 - 22.06.08 - 26.06.08 - 27.06.08 - 05.07.08 - 06.07.08 - 11.07.08 - 12.07.08
...und so weiter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
One shot - by Tia - ( OS Numéro 1 ==> Insanity Destruction -Finit-)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saisie numérique
» Application du numérus clausus dans toutes les filières
» Recherche par numéro sosa
» L'IABD et la numérisation du patrimoine culturel européen
» La reconstruction numérique de Varsovie de 1945

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
rockheilig :: { PARTIE FANS * :: Fan-Fictions-
Sauter vers: